La guerre des abeilles. Celle qui butine, d’un côté de l’Atlantique. Et celle qui préfère le bruit caractéristique de l’insecte. Macron Butine. Trump bourdonne. Et pourtant les USA avancent, à la même vitesse, sans état d’âme et sans que l’actualité chaotique quotidienne de leur président ne vienne changer d’un millimètre leur course contre le temps, la mort, la domination mondiale et la croissance économique.

La France a fait un choix monarchique. Notre République donne tous, trop, de pouvoir à nos politiques, le président en tête. Dès lors, c’est sur lui que tous les regards se tournent pour savoir à quelle sauce le pays sera mangé ou dévoré. Si la tête n’en a pas, le pays perd la sienne. Notre pays ne fait pas confiance à ses acteurs et ne croit qu’en un seul acteur à qui elle accorde tous les pouvoirs et toutes ses reproches, car quand l’on attend trop on est toujours déçu. Et aucun président n’échappera à la règle, même celui-ci. Il fera certainement mieux que ces 2 prédécesseurs, ce qui n’est pas très compliqué, mais cela ne sera pas encore suffisant. Uniquement pour lui laisser trop de pouvoir. Et aussi éclairé soit il, un président ne peut pas tout.

Les USA ont fait un choix fédéral. Chacun est un peu contraint par le général, mais laisse le particulier l’emporter. Taxes, régulations diverses, chaque Etat garde un pouvoir fort et les politiques viennent souvent du business, ce qui leur donne au moins la vertu de comprendre l’économie, ce qui est une différence majeure par rapport à la sociologie des nôtres (professeurs, fonctionnaires, avocats..). Ainsi si le président est bon, tout le monde en profite, si il est mauvais, il y a 51 amortisseurs qui jouent leur rôle …